Visite de mme Marie-Martine Schyns, ministre de l’éducation

Reportages TV com

harry-potter-parmi-les-eleves-de-l-ecole-saint-martin-de-jauche

apprendre-les-langues-des-le-plus-jeune-age-decouverte-du-projet-eole-a-l-ecole-saint-martin-de-jauche

Articles LeSoir_StMartinJauche_Poudlard_28.03.2018

Ce mardi 27 mars, la Ministre de l’Education, Marie-Martine Schyns, a rendu visite notre école.

La Ministre est allée à la rencontre des équipes éducatives et des enfants qui se sont impliqués tout au long de l’année dans des projets pédagogiques innovants et originaux. 

  1. A l’école Saint Martin de Jauche
  • Le projet EOLE, (Éducation et Ouverture aux Langues à l’École) vise à mettre les enfants dès 2,5 ans en contact avec d’autres langues. A la différence de l’immersion, le projet Eole permet un éveil à plusieurs langues dès l’entrée en maternelles, à l’heure où les enfants sont le plus enclins à assimiler de nouveaux sons et de nouveaux mots.
    Le but poursuivi est de leur ouvrir l’oreille et de faciliter l’apprentissage des langues par la suite.
  • Le projet-classe « Harry Potter », qui organise une classe de primaire à la manière de Poudlard : les élèves sont répartis en « maisons », et explorent l’univers de Harry Potter tout au long de l’année. Les objectifs sont multiples : créer une cohésion de groupe au sein des maisons (et entre les maisons), générer l’entraide, relier les savoirs et savoir-faire entre eux en donnant du sens aux apprentissages, donner aux élèves le goût de la lecture et de l’écriture.
  • Le projet « classes de neige »
    Rompre avec le quotidien, être libéré de l’école, sortir des sentiers battus, vivre autre chose, c’est cela le dépaysement.
    Stimuler l’enfant, l’aider à structurer le temps et l’espace, lui permettre de mieux vivre avec les autres, être plus solidaire, l’aider à être plus autonome, plus responsable ; découvrir un nouvel environnement et le respecter.

Une réflexion au sujet de « Visite de mme Marie-Martine Schyns, ministre de l’éducation »

  1. Lettre ouverte à Madame Schyns , ministre responsable de nos écoles francophones.
    Chère Madame
    Merci ! Merci tout d’abord d’avoir voulu passer quelques moments, ce matin, dans notre petite école maternelle et primaire Saint Martin de Jauche. Merci aussi d’avoir « joué le jeu » avec simplicité et ouverture.
    En vous écoutant dès la première prise de contact, répondre aux inquiétudes des institutrices à propos du nouveau « plan de pilotage » dans lequel notre école va être plongée en primeur, je vous ai entendue vous exprimer, très à l’aise, en termes de « grilles horaires, de tronc commun, maîtrise de savoir et dimensions innovantes, filières qualifiantes et méthodes inclusives… » et vous m’avez fait un peu peur. De cette peur qu’on éprouve, teintée d’admiration, devant la performance du jongleur.
    Mais heureusement, quelques minutes plus tard, assise en classe maternelle, chez Madame Fabienne, vous étiez charmée par des enfants qui vous montraient comment ils abordaient en souriant, du haut de leur 4 ans, les diverses langues auxquelles ils seront confrontés plus tard.
    En passant chez Madame Céline vous vous êtes retrouvée à l’école de Poudlard où Gryffondor, Poufsouffle, Serdaigle et autre Serpentard vous accueillaient pour vous montrer à quel point il y a moyen, à peu de frais, d’être motivé à apprendre tout en s’amusant.
    Enfin chez les grands de Madame Brigitte, vous n’avez pas pu éviter leur rapport enthousiaste sur ces toutes premières classes de neige dont ils viennent de rentrer, en compagnie des copains de Saint Joseph à Orp, et auxquelles ils ont unanimement décerné la cote de 10/10.
    Merci Madame d’avoir pris le temps de sortir de vos dossiers et de leur jargon, pour mieux oublier, l’espace d’un matin, les exigences des uns et les manœuvres des autres, les lourdeurs syndicales et la légèreté des médias, pour venir partager les sourires de nos enfants. Nous espérons vous avoir montré la vie réelle d’une petite école libre, fière, heureuse et enthousiaste de cultiver les valeurs évangéliques.
    Vous aurez peut-être compris, ce faisant, que notre seule revendication est qu’on nous laisse faire. Nous voulons assumer nos responsabilités en toute autonomie, sachant qu’aucune pédagogie ne peut s’épanouir dans un contexte de contraintes, d’obligations et d’étouffement administratif. Si nous voulons être respectés pour ce que nous donnons, nous sommes prêts, à cette simple condition, à nous investir dans tout ce que vous nous présenterez comme projet novateur.
    Dans cet esprit, croyez, Madame, à l’expression de notre cordial respect

    Pascal de Roubaix.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *