Projet pédagogique

PROJET PEDAGOGIQUE 

En référence au projet éducatif de l’enseignement catholique, l’école Saint-Martin opte pour une pédagogie de la réussite qui place l’enfant au centre des apprentissages.

Son projet pédagogique se fonde sur une tradition spécifique liée à sa taille humaine et son ouverture à tous les enfants : Saint-Martin est une école chrétienne et familiale, où chacun doit se sentir reconnu, soutenu et valorisé dans toutes ses potentialités.

C’est un lieu privilégié de formation où se conjuguent instruction et éducation, en étroite collaboration avec les parents et dans le respect des responsabilités de chacun.

On peut parler d’une pédagogie de la réussite car elle a pour but de conduire chaque élève à son niveau optimal de compétences.

 

Le projet pédagogique articule deux aspects fondamentaux de l’instruction : d’une part, le respect des nouveaux programmes de l’enseignement catholique, d’autre part, la pédagogie au service de ce programme.

LES PRINCIPES PÉDAGOGIQUES

Ils visent à faire vivre une école citoyenne –et non compétitive- au sein de laquelle des valeurs comme la solidarité, la démocratie, l’intégration, le refus du décrochage, animent la communauté éducative.

En voici, sans hiérarchie, les 6 axes principaux :

UNE PÉDAGOGIE ACTIVE

– Cette pédagogie favorise un processus d’apprentissage dans lequel l’enfant est acteur et non spectateur. Elle investit sur son savoir « déjà là » et non sur son ignorance présumée.

L’enfant est placé en situation où il doit se mettre en recherche en recourant à ce qu’il sait déjà, à ce qu’il sait faire mais aussi aux savoirs des autres : défis, projets, situations-problèmes, expériences…

L’erreur est permise et devient un levier qui l’aide à s’interroger et à réorienter sa recherche pour progresser.

L’enfant développe son intuition et sa créativité pour construire une ou des solutions. Il prend des initiatives et des responsabilités, aiguise son esprit critique et son jugement, s’auto-évalue et accroît ainsi progressivement son autonomie.

– Dans cette optique, l’évaluation qui accompagne un processus d’apprentissage prend un nouveau sens : on s’intéresse surtout à ce qui se passe quand l’enfant construit ses compétences et ses connaissances et non plus seulement à l’obtention d’un résultat ou d’une réponse exacte d’emblée. En observant l’enfant, l’enseignant se rend compte des procédures utilisées et des obstacles rencontrés. Il peut ainsi lui proposer de nouvelles activités pour progresser vers l’objectif à atteindre.

Cette évaluation formative rend l’enfant acteur et responsable de son développement dans la mesure où elle s’accompagne d’une auto-évaluation.

Toutefois, l’enseignant pratiquera l’évaluation sommative pour garantir la qualité des résultats de l’enseignement en fin de cycles.

UNE PÉDAGOGIE GLOBALE

Notre école veut considérer l’enfant dans sa globalité : avec sa tête mais aussi son corps et son cœur. Elle ne se centre pas exclusivement sur la formation de l’esprit mais s’adresse à la personnalité tout entière de l’enfant.

Chaque enseignant est soucieux d’en développer harmonieusement les différentes facettes : intellectuelle, affective, psycho-motrice, esthétique, artistique, sociale, morale, spirituelle et religieuse.

UNE PÉDAGOGIE CENTREE SUR LE SENS

Elle replace les apprentissages dans des situations qui leur donnent un SENS.

Des notions sont intégrées dans le contexte qui les fait vivre pour amener l’enfant à prendre conscience du « pourquoi il apprend ».

L’enseignant favorise les activités ou expériences réellement vécues par les enfants de façon à établir le plus possible de liens entre les notions du programme et leur utilisation naturelle : projets, enquêtes dans le milieu, rédaction d’articles dans le journal de l’école…

UNE PÉDAGOGIE PARTICIPATIVE

Une pédagogie active, centrée sur l’enfant, implique que l’enfant et l’enseignant soient partenaires de l’apprentissage dans les choix, l’organisation, la réalisation, l’évaluation des différentes activités de la classe.

La participation imprègne aussi les rapports vécus entre les élèves : s’appuyant sur l’interapprentissage, la classe forme une communauté où les enfants apprennent les uns par les autres mais également les uns pour les autres.

Cette pédagogie est appuyée par des pratiques démocratiques réelles, dans le respect de règles de vies claires, cohérentes, connues de tous et partagées.

UNE PÉDAGOGIE DIFFÉRENCIEE

Pour tout enseignant, c’est un véritable défi à relever face au caractère hétérogène des groupes d’élèves : différences d’âge, de niveau de développement moteur, cognitif, affectif, d’origine socio-culturelle…

Il s’agit de respecter ces différences, tout en permettant à chacun de s’épanouir au mieux de ses capacités propres, sans perdre de vue l’acquisition des compétences requises.

Pour atteindre ces objectifs, l’enseignant veille à différencier autant que possible les conditions d’apprentissage

  • du point de vue des élèves, en tenant compte des profils pédagogiques et des rythmes d’apprentissage différents ;
  • du point de vue de l’enseignant, en variant les situations d’apprentissage : collective, individualisée ou interactive ;
  • du point de vue des savoirs, en exploitant au maximum les possibilités et les motivations des élèves : renforcement pour certains, dépassement pour d’autres.

La mise en place de travaux interdisciplinaires, l’utilisation de plans de travail négociés avec l’élève et la diversification du matériel pédagogique constituent aussi des outils de différenciation.

UNE PÉDAGOGIE D’OUVERTURE AU MONDE

L’école ne peut rester repliée sur elle-même. Pour préparer les jeunes à prendre une place active dans la société, l’école a la responsabilité de les ouvrir au monde extérieur en les sensibilisant

  • à l’actualité
  • au patrimoine culturel et à la découverte d’autres cultures
  • aux réalités d’aujourd’hui, économiques, sociales et technologiques
  • à la sauvegarde de la mémoire des événements qui aident à comprendre le passé et le présent
  • à la vie de leur quartier, de leur village et de leur commune, y compris les pratiques démocratiques
  • à leur environnement avec le souci de sa protection
  • à la dimension européenne et mondiale

CONCLUSION

Les principes pédagogiques cités ci-dessus ne sont pas exhaustifs mais constituent un cadre de réflexion commun à la direction et aux enseignants.

Ces options ne sont pas encore toutes effectives mais elles donnent le sens de l’action pédagogique de l’équipe éducative, toujours en évolution.

Ce projet collectif n’est possible que grâce à un travail de concertation et d’ajustement permanent entre tous les enseignants, qui s’enrichit de la diversité de chacun.

Ces échanges et partages contribuent à l a cohésion de l’équipe, qui renforce son professionnalisme en participant à des formations continuées.

Les enseignants ont à cœur d’associer à leurs projets tous les partenaires de l’école, sont ouverts au dialogue constructif et attendent des parents confiance et soutien dans cette tâche de formation, exigeante mais exaltante, qui les unit.